GREGOIRE POLET : "LEURS VIE ECLATANTES" ET "MADRID NE DORT PAS" (GALLIMARD)

21/11/2007 : LEUR VIES ÉCLATANTES


"Leurs vies éclatantes" grégoire Polet (Gallimard)
Grégoire Polet a 28 ans. Il vient de publier son troisième roman chez Gallimard. Troisième roman en trois ans. On souffle d'admiration devant la performance, devant cette boulimie d'écriture, et encore plus à la lecture de ce dernier opus, Leurs vies éclatantes, tant on a conscience d'être en train de parcourir un travail parfaitement abouti. Reprenant, le principe qu'il avait utilisé pour son premier roman, Madrid ne dort pas, (lui aussi remarquable), Grégoire Polet nous entraîne dans un récit choral dont les interconnexions font de ce livre l'histoire, sinon de l'humanité toute entière, d'un échantillon de celle-ci, replaçant l'homme avec les hommes et non pas au milieu des hommes, comme centre insignifiant de tout et de rien.
Leurs vie éclatantes vient s'inscrire dans la continuité de son premier roman (je n'ai malheureusement pas lu le second, Excusez les fautes du copiste, ce que je vais m'empresser de faire), et l'on devine l’œuvre qui déjà ce profile. Sans gesticulation médiatique, tout en retenue, loin des cafés du 6e arrondissement parisien, Grégoire Polet, belge originaire de Bruxelles, prend sa place doucement dans le paysage littéraire francophone. Et je fais le pari qu'il fera longue et bonne route.

22/11/2007 : MADRID NE DORT PAS



"Madrid ne dort pas" grégoire Polet (Gallimard)
En complément de ce que j'écrivais hier sur Leurs vies éclatantes, le dernier roman de Grégoire Polet, voici l'article que j'avais écrit lors de la sortie de Madrid ne dort pas pour le webzine A la petite semaine.
Dans ce roman, vous croiserez des écrivains confirmés, en devenir ou en perdition, des éditeurs, des terroristes, un mannequin, un employé des télécommunications, une SDF, une aveugle, un commissaire de police et bien d'autres encore. Mais qui est le personnage principal alors?, demanderez-vous. Madrid tout simplement et sa vie nocturne. Le roman commence à 17h15 et se termine au petit matin. Une nuit durant laquelle on suit tour à tour chacun des personnages. On les rencontre, on les quitte, on a hâte de les retrouver de découvrir ce qu'ils sont devenus durant les instants où ils nous ont échappé. Habile construction qui nous fait veiller avec eux jusqu'au petit matin.

>>>carnets

Formulaire de contact

Nom

E-mail *

Message *