MARIE GILLAIN : INSTANT DE GRÂCE


L'Appat de Bertrand Tavernier

L’appât de Bertrand Tavernier


Hier soir, j'ai regardé "L'appât", film réalisé par Bertrand Tavernier en 1994 avec Marie Gillain dont le jeu atteint une extrême justesse lorsque dans les toutes dernières secondes du film, après avoir signé sa déposition, elle se tourne vers l'officier de police (Philippe Thoreton, hors champ) et lui demande s'il va bientôt la laisser sortir maintenant qu'elle a tout dit parce qu'elle doit aller voir son père pour Noël. Silence de l'interlocuteur. Nathalie (Marie Gillain) prend alors toute la dimension de ce à quoi elle a participé, mesure sans doute ce qu'elle a perdu, réalise à coup sûr que rien ne pourra plus être comme avant. 

Presque rien ne transparaît sur le visage de Nathalie, presque rien et pourtant tant de choses, tant d'émotion. Par une chute quasi imperceptible de ses traits, c'est tout son être qui s'effondre. Comment Marie Gillain (alors très jeune actrice) est-elle parvenue à cela ? Comment Bertrand Tavernier l'a-t-il conduit à cette retenue ? Il faudra que je lui demande si je la croise un jour. (Laissez-moi rêver...). Je me suis passé la scène plusieurs fois, convaincu d'avoir là un instant de grâce rare, un moment d'anthologie dans l'histoire du cinéma. Quelques secondes inoubliables.


>>>carnets

Formulaire de contact

Nom

E-mail *

Message *