ROGER MOORE



Comme le dit si bien Serge Joncour sur son compte facebook : "La délicatesse jusqu'au bout de Roger Moore, de disparaître, de s'effacer dans l'ombre d'une actualité atroce".
J'ai eu la chance de le croiser  à Monaco, une rencontre fortuite et si improbable (ma présence à Monaco l'était, peut-être moins celle de Roger Moore) que je l'ai utilisée dans mon dernier roman. 

"Comme la veille, je préfère me rendre à pied à la gare. Chaque fois que je croise quelqu’un, j’imagine une célébrité. Elles sont nombreuses à séjourner sur le Rocher. Je suis presque à la gare quand, en longeant le port, je vois un homme descendre d'une berline noire. Grand, il porte une chemise à rayures blanche et rouge sur un pantalon beige, un foulard en soie autour du cou et des mocassins Gucci, reconnaissables au fameux bandeau vert et rouge sur l’empeigne. Un homme très âgé que je connais bien. C'est lui. Il n'y a aucun doute. Je sors mon téléphone portable, lui demande s'il accepte d'être photographié avec moi. L'homme me sourit. Son chauffeur immortalise notre rencontre.
À la gare, j'achète une carte postale de Monaco au dos de laquelle j'écris une formule désuète mais qui me semble convenir : Bon baiser du Rocher où j'ai croisé James Bond. Ma mère sera impressionnée par ma rencontre avec 007. Dans le train, je regarde la photo sur mon portable. Tout bien considéré, il ne s'agit peut-être pas de Roger Moore. Je me demande d'ailleurs si ce dernier est encore en vie. En revanche, l'homme sur la photo a un faux air de mon père, quelque chose dans le regard."

So long Roger...

Formulaire de contact

Nom

E-mail *

Message *