UN CERTAIN M. PIEKIELNY DE FRANÇOIS-HENRI DESERABLE

Une enquête littéraire donc. FHD se lançant sur les traces de Piekielny, personnage de La promesse de l’aube qui n’apparaît que dans un chapitre, trois ou quatre pages seulement mais un personnage que Romain Gary promènera avec lui aux quatre coins du monde, déclarant aux oreilles de la Reine d'Angleterre, du Général de Gaulle, de JFK et de combien d’autres, qu’au n°16 de la rue Grande-Poluhanka, vivait un certain M. Piekielny. Une anecdote dans le roman, répétée durant toute une vie, qui suffit à mettre l’auteur en quête. Vérifier l’existence de ce Piekielny. L’énigme est grande et les indices rares voire inexistants. Il faut donc fouiller dans l’oeuvre, dans la vie de Gary qui lui-même est une énigme, un mystère. Volonté de l’écrivain, que FHD respecte entretenant à son tour le mystère de ce personnage, laissant le lecteur dans l’impossibilité de démêler le vrai du faux dans les pages qu’il vient de lire. Comme Gary dans La Promesse, FHD mêle sa vie, convoquant ses amis, des personnages réels, à l’Histoire douloureuse de la Pologne, de la Lituanie, à la fiction de cette enquête entre Paris, Vilnius et Nice, prétexte pour parler de Gary lui-même. Trop de respect sans doute pour le maître pour oser s’y attaquer de front, trop de pudeur, d’humilité. C’est qu’il n’est pas facile de mettre ses pas dans les pas de Romain Gary. FHD parvient ici, ce n’était pas facile, à en respecter l’esprit, à le prolonger même.



Une publication partagée par Jean-Claude Lalumière (@jeanclaude.lalumiere) le

Formulaire de contact

Nom

E-mail *

Message *